Actualités

Le Chant de Linos à Chatellerault

Odyssée impressionniste Le bateau Ivre, 13 octobre 2018-14 octobre 2018, à 20:30

Au Théâtre Blossac à Chatellerault : Odyssée impressionniste Le bateau Ivre Festival Automne musical 2018

Poursuivant son partenariat avec le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, Automne Musical Grand Châtellerault allie jeunesse et excellence et ouvre le festival avec le très original quintette Le bateau ivre.
Quarante ans séparent les Danses de Claude Debussy et le Chant de Linos d’André Jolivet.Tous deux se tournent vers la Grèce antique afin de redonner à la musique sa dimension magique originelle qui se fige dans l’éternité de la Pavane pour une Infante défunte de Maurice Ravel.
Artistes : Samuel Casale flûte, Séréna Manganas violon, Valentin Chiapello alto, Kévin Bourdat violoncelle et Jean-Baptiste Haye harpe.
Organisé par l’association Automne musical de Grand Châtellerault

event_odyssee-impressionniste-le-bateau-ivre_813648

Billetterie au théâtre Blossac et sur le site [http://www.festival-automne-musical.fr](http://www.festival-automne-musical.fr ) Théâtre Blossac Châtellerault 6 à 24€ 80 boulevard Blossac

Ensemble Regards : concert, le 19 octobre 2018

Au cours de ce prochain concert, la violoniste Aya KONO est invitée à jouer la Suite rhapsodique d’André Jolivet.

à 20H00
Eglise luthérienne de l’Ascension
47 rue Dulong, 
75017 Paris

Au programme :
Akira MIYOSHY
Miroir pour violon
Florent C. DARRAS
Trajectio (Création mondiale), pour trio avec accordéon
Bernard CAVANNA
Mouvement 4 du Trio n°1, pour trio avec accordéon
Vincent TROLLET
Cantigas encendidas de la Excavadora, sur un texte de Milan Otal (Création mondiale) pour trio avec accordéon microtonal et soprano
Œuvres interprétées par :
Raphaële KENNEDY, soprano
Aya KONO, violon
Marie YTHIER, violoncelle
Fanny VICENS, accordéon
Gonzalo BUSTOS, direction musicale
Régie son : Ko Sahara

Réservation par mail : ensemble.regards@gmail.com
Tarifs : 12 euros (plein tarif), 8 euros (tarif réduit pour moins de 18 ans, étudiants et chômeurs).

Alain Badiou évoque Jolivet

Dimanche 29 juillet 2018, à 17 h, Alain Badiou s’entretient avec Lionel Esparza. Vous pouvez retrouver l’émission, en replay, sur le site de France musique :

https://www.francemusique.fr/emissions/alain-badiou-philosophe-et-melomane/les-temps-modernes-63526

 

émission Alain Badiou 29 07 2018C’est l’enregistrement du Concerto pour piano de Jolivet, interprété par Lucette Descaves, qui a été diffusé.

City of light, chronique de Jacques Bonnaure

CITY OF LIGHT/ NEW DISCOVERIES

Le programme est varié et nous propose de « nouvelles découvertes » en musique française. Certes Ukuhamba kukufunda de Robert Fokkens (né en 1975) bien construite et inspirée par le minimalisme répétitif américain n’a curieusement rien à voir avec notre « City of light ». Pour le reste, nous ne sommes pas déçus puisque nous découvrons deux œuvres de Debussy que l’on ne connaissait que par les livres: le Prélude de l’Histoire de Tristan (1907) qui aurait dû précéder un drame lyrique jamais composé, et le ballet No-ja-li ou le Palais du silence (1914), également resté plus qu’inachevé. Dans les deux cas, le musicologue Robert Orledge a procuré une édition jouable de deux œuvres pas inintéressantes.

Les Poèmes intimes d’André Jolivet, eux, sont bien achevés et même doublement puisqu’en existent deux versions, avec piano ou orchestre, mais on ne saurait parler à leur propos de « new discovery ». La version pour piano a été enregistrée deux fois récemment par René Perler et Filippo Farinelli (Brilliant), et par François Le Roux et Olivier Godin (Passavant). De la version avec orchestre nous restent deux enregistrements, l’un par Gérard Souzay et André Girard, dès 1947 (Ina -mémoire Vive), l’autre, réalisé trente ans plus tard par Colette Herzog, dirigée par Alain Lombard (Erato).

Dans les Poèmes intimes, dédiés à son épouse Hilda pour le dixième anniversaire de leur mariage, Jolivet a mis en musique cinq textes lyriques et fervents de Louis Emié, un poète aujourd’hui assez oublié mais en rien négligeable. Composés pendant la Guerre, ils appartiennent à la même veine que les Trois Complaintes du soldat, de peu antérieures, ou la Suite liturgique. Jolivet y renonce provisoirement à la complexité des années d’avant-guerre pour laisser parler une sensibilité pudique dans un langage très accessible, avec un merveilleux sens prosodique et mélodique, qui inscrit ce recueil dans la lignée des Nuits d’été de Berlioz ou de Shéhérazade de Ravel.Cardiff University Symphony Orchestra and Chorus, dir. Mark Eager. Jeremy Huw Williams, baryton.

Jacques Bonnaure

(Prima Facie New Series PFNS005)

CD Cardiff U

Les Poèmes intimes d’André Jolivet

Parution du premier enregistrement des Poèmes intimes d’André Jolivet en Grande Bretagne, effectué par le baryton Jeremy Huw Williams accompagné par le « Cardiff University Symphony Orchestra », placé sous la direction de Mark Eager.

Ce nouveau CD, intitulé « CITY OF LIGHT : NEW DISCOVERIES comprend aussi de Claude Debussy : Prélude à l’Histoire de Tristan et No-ja-la ou le Palais du silence ainsi que Robert Fokkens : Ukuhamba kukufunda – To travel is to learn (texte lu par Stephen Walsh)

CD Cardiff U
Référence PFSNCD 005.