Le Chant de Linos de Jolivet à l’espace Philomuses

Au programme du récital que donnera le NISHI DUO, le mardi 16 mai 2017 à 20 h 00, la version pour saxophone du Chant de Linos d’André Jolivet.
Le concert est donné en contrepoint de l’exposition de Philippe LEBLANC, artiste plasticien, « Des codes et des couleurs ».
Merci à Chantal STIGLIANI qui accueille ces jeunes artistes, Noa MICK (saxophone) et Nicky PURSER (piano), à l’espace PHILOMUSES.

LPHInvitationPhilomusesR1

ATTENTION : il s’agit bien du MERCREDI 3 MAI et non du mardi 3 !!!!
Si vous souhaitez assister au concert, la réservation est obligatoire : mf2b26@gmail.com ou 06 19 47 44 37

Sérénade pour deux guitares de Jolivet par Julian Vickers et Daniel Bovey

Le duo de guitaristes Julian Vickers et Daniel Bovey a inscrit la Sérénade pour deux guitares de Jolivet :
– Le 22 avril 2017 : à St John’s smith square (Londres).
Pour tous renseignements :
https://vickersbovey.co.uk/concerts/park-lane-group/

– Le 22 août 2017 : à Saint-Martin in the fields (Londres).
Pour tous renseignements :
http://www.stmartin-in-the-fields.org/event/free-lunchtime-concert-julian-vickers-and-daniel-bovey-guitar-duo/

Festival Tautavel en musique 2017

Au programme du Festival Tautavel en musique, le vendredi 12 mai 2017, à 20 h 45, le Concertino pour trompette d’André Jolivet, interprété par Clément Saunier, accompagné par l’Orchestre Perpignan Méditerrannée, sous la direction de Daniel Tosi.
Au même programme : Beethoven et Haydn.
Le concert a lieu au Palais des congrès de Tautavel (66) à 20 h 45.

tautavelmusique2017_120x150

Le Concerto pour piano de Jolivet à Saint-Pétersbourg, en 2016

Dans le cadre du concert d’ouverture du Festival International de Piano du Théâtre Mariinsky de Saint-Petersbourg, le pianiste français Jean-Baptiste Fonlupt a interprété le 19 décembre dernier le concerto pour piano d’André Jolivet en compagnie de l’Orchestre du Mariinsky sous la direction du chef russe Valery Gergiev.

« https://www.mariinsky.ru/en/playbill/playbill/2016/12/19/2_2000

Le pianiste nous a livré ses impressions à son retour de Russie:
« J’ai eu la chance de jouer ce concerto à Saint-Petersbourg avec l’orchestre du Mariinsky dirigé par Valery Gergiev. C’était une proposition qui émanait directement de la Russie. Valery Gergiev est un chef qui a un charisme absolument considérable, et cela est nécessaire pour interpréter cette musique qui demande une très grande énergie. Les enjeux de ce concerto, que sont les mélanges sonores, les ambiances différentes de timbres à l’intérieur même de l’orchestre et entre l’orchestre et le piano, la variété des couleurs, la richesse des percussions, demandent de réunir des volontés particulières. Une véritable communication doit s’installer entre le chef, le soliste et l’orchestre, et cela est peut-être encore plus vrai pour ce concerto que pour d’autres de la même époque, car pour moi il est écrit davantage dans l’esprit d’une œuvre symphonique avec piano concertant plutôt qu’un concerto dans le sens classique du terme. Les influences de musiques ethniques dans ce concerto, s’inspirant de l’Afrique, de l’Extrême-Orient et de la Polynésie, donnent une impression de « rite initiatique », c’est une musique qu’il faut presque « danser » et qui a d’ailleurs été utilisée à de très nombreuses reprises comme support musical à un ballet de George Skibine. C’était un concert très intense, l’entente avec Valery Gergiev et l’orchestre du Mariinsky était idéale et j’ai été très ému par l’accueil chaleureux de la part du public russe à l’issue du concert.»

> M